-34%
Le deal à ne pas rater :
PLAYMOBIL 5167 – La Maison Transportable
34.99 € 52.93 €
Voir le deal

BMW RS54 : Une Histoire.

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Dim 26 Avr 2020 - 13:31

Hallo Lothar,
Ich freue mich, Sie zu lesen. Ich hoffe, Ihre Haft läuft gut für Sie und Ihre Familie.
Um auf das Foto vom 20. April zurückzukommen, habe ich weder Informationen noch Datum noch Ort und noch weniger den Namen des glücklichen Piloten.
Bis bald, François.



Pour les copains qui ne parlent pas la langue de Google-Schiller clin :
Bonjour Lothar,
je suis heureux de te lire. J'espère que ton confinement se passe bien pour toi et ta famille.
Pour revenir à la photo du 20 avril, je n'ai aucune information, ni la date, ni l'endroit et encore moins le nom de l'heureux pilote.
A bientôt, François.

ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Dim 26 Avr 2020 - 16:17

Je vous lai dit « franco, je n'ai pas la moindre photo ni compte rendu de ce Grand-Prix » c'était sans compter sur la solidarité des membres du Flatistan. C'est grâce à l'ami Jacques -que je remercie ici- qu'il m'est permis de vous dévoiler les dessous de l'épreuve espagnole.
Qu'il me soit permis ici de tresser sa couronne de lauriers, de parapher son certificat de meilleur camarade, d'enrubanner sa statue au panthéon flatistanais, d'accrocher la médaille d'or du mérite flatistanais.


Ouvrez le ban ; (roulements de tambour, conneries de slairon euh... Sonneries de clairons)


« Jacques, homme admirable, bienfaiteur du Flatistan, preux chevalier blanc à l'armure scintillante, ayant entendu mon appel sur les limbes de la toile, partagea ma détresse, mon désespoir, tel la guêpière, euh, l'abbé Pierre lors de l'hiver 54, hiver tragique, glacial un hiver hivernal des plus terribles. Il ne faisait pas un froid de Sibérie comme certains l'affirment, mais bien, quatre à cinq berries seulement, mais c'est déjà beaucoup et ça c'est beaucoup. Cet hiver terrible dis-je, comparable aux hivers espagnols, ou le froid, rivalise d'audaces avec la neige, les glaçons, le givre et la banquise.
Ne dit-on pas que l'ibère est rude ?
Jacques plongea d'un seul élan dans ses archives et m'adressa le fac-similé du numéro 1240 de revue-moto et non pas 1237 comme l'indique l'index indélicat.
Le CR du GP de Barcelone, c'est dans le numéro 1240 ! Qu'on ce le dise !
Merci Jacques, grâce à toi les flatistanais ne resteront pas ignorants des dessous de cette histoire.
Fermez le banc !
(Les bouchons de champagne sautent sous les hourras de l’assistance publique).


Je vous renvoie quelques posts plus hauts avant de reprendre mon récit.
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty article de Moto Revue adressé par jacques, merci à lui.

Message  ffrd le Dim 26 Avr 2020 - 16:22

confus


Dernière édition par ffrd le Dim 26 Avr 2020 - 16:30, édité 2 fois (Raison : cf voir le premier GP de la saison side-car)
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Dim 26 Avr 2020 - 21:41

5 : TT hollandais, Assen, 30 Juillet.
14 tours = 107,898km
1 = W Faust-K Remmert D BMW 55'45''1/10
Moyenne = 116,083 km/h
2 = W Noll-F Cron D BMW 55'59''3/10
3 = B Mitchell George AUS Norton 57'12''1/10
4 = J Murit-F Flahaut F BMW 57'20''5/10
5 = J Drion-I Stolle F/D BMW 57'48''6/10
6 = H Stemann-M DeHaas NL BMW 58'33''7/10''
9 équipages terminent.
meilleur tour ; C Smith-S Dibben, Norton : 3'51''9/10 = 119,606km/h.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_510
-une de ''Motor'' le moto-revue hollandais-


C'est sur un circuit refait et porté à 7704m de développé, conserve toutefois ces virages et courbes, c'est un circuit de pilote plus qu'un circuit de moteur. Quasiment tous les attelages sont équipés de jantes de 16 pouces, Norton innove avec un réservoir placé sur le plateau du side-car, une pompe alimentant les carburateurs. « Pip » Harris à délaissé sa Matchless au profit d'une Norton.
La chaleur estivale écrase le circuit, le public 150 000 personnes, sur la piste, hommes et machines s'apprêtent à souffrir.
15h00 les sides-car sont sur la grille de départ. Sous la poussée des équipages les moteurs rugissent, ils sont partis.
Au premier tour c'est Harris-Campbell qui passent en tête avec Smith-Dibben dans leur roues , diables de monos anglais ! Puis les BMW Noll-Cron, leur objectif ? La victoire pour se relancer dans le Championnat, Faust-Remmert ont le champion en titre dans le viseur. Oliver-X passent à la suite suivis de Drion-Stolle, encore des moteurs Norton. Murit-Flahaut qui remorquent le reste du plateau tout en se lançant à la poursuite de l'équipage franco-allemand. Visiblement aux prises avec un moteur pas au mieux de sa forme, Schneider-Grunwald sont largués. En tête de la course le leader change, Smith-Dibben sautent Harris-Campbell et forcent la cadence. Las, au 4e tour l'équipage de pointe chez Norton abandonnent sur bris de moteur, soupape cassée, piston détruit. Ayant bien mérités nul doute que le piston et sa soupape termineront sur une étagère, pensez ; ils ont battus le record du tour à presque 120km/h de moyenne ! Harris-Campbell gardent l'avantage jusqu'au 9e tour mais Noll-Cron les dépassent. Faust-Remmert enrhument Harris-Campbell et les voilà qui cravachent leur machine avec en point de mire Noll-Cron. Ces derniers se voient attaqués à chaque freinages par un tandem Faust-Remmert déchaîné qui passe sans coup férir le Champion du Monde sortant, et les voilà en tête. Ils sont en mesure de gagner le grand-Prix de Hollande, leur machine est aux standards de la moto de Cron-Noll depuis le forfait d'Hillebrand blessé à Barcelone. L'usine à transféré son aide et ses équipements, moteurs, boite, carénages au cours de la saison. Faust-Remmert sont en passe de décrocher le titre. Pendant ce temps Oliver-X doivent quitter la piste et se ranger sur le bas côté, soupape avalée, piston explosé. Mitchell-Georges, un équipage australien sauvent la 3e place pour ce qui reste de l'équipe Norton pour un podium. Murit-Flahaut et Drion-Stolle se battent à la régulière et la 4e place reviendra aux français le couple franco-allemand termineront à moins de deux secondes derrière.
Faust-Remmert remportent l'épreuve avec quatre secondes d'avance sur Noll-Cron, ils sont Champion du Monde.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_513
-Cron-Noll N°1 vont prendre un tour à Schneider-Grünwald-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 153-410

  • -Faust-Remmer en action-



BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_512
-bis répétitas-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_511
-les contrôleurs ponctionnent du carburant sur une BMW, chose normale ou suspicion ? on ne le sait pas,
mais nous sommes le 30 Juillet 1955, soit un mois et demi après la tragédie des 24h du Mans autos
le carburant ''spézial'' est incriminé- 



BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 153-3_11
-malgré l’étalonnage de son compte-tours par le technicien Smith, 
il ne pourra éviter un sur-régime fatal à son moteur-


Le soir du Grand-Prix de Hollande, l'équipage Willi -Wilhelm- Faus et Karl Remmert est Champion du Monde Side-car 1955 avec 30 points au compteur:3 victoires, 1 seconde place 2 abandons. L'usine BMW se voit attribué « officieusement son second titre de Champion du Monde des marques, je dis officieusement car sur les tablettes officielles de la FIM le titre n'est pas décerné.
L'équipage Noll-Cron avec 20 points ne peuvent plus rattraper Faust-Remmert.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_810
Monza, dernière épreuve du Championnat du Monde des sides-car
a suivre
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Lun 27 Avr 2020 - 16:52

6 : GP des Nations, Monza, 4 Septembre.
18 tours = 103,500Km
1 : W Noll-F Cron D BMW 41'21''6/10
moyenne = 150,144km/h
2 : W Schneider-H Strauss D BMW 41'31''8/10
3 : J Drion-I Stoll F/D Norton 42'20''2/10
4 : F Camathias-M Büla CH BMW 42'24''8/10
5 : J Murit-F Flahaut F BMW 42'24''9/10
6 : F Seeber-F Heiss D BMW 42'26''8/10
12 équipages terminent.
meilleur tour ; A Milani-R Milani I Gilera : 2'12''9/10 = 155,756km/h.


Monza, le Grand-Prix des Nations, le titre est déja joué. La piste est nouvelle, raccourcie à 5750 mètres du fait de la construction de la piste de vitesse.
Aux essais, Albino et Rossano Milani s'alignent sur un side-car Gilera 4 cylindres totalement caréné qui attire bien les objectifs des photographes. La machine couvée par les mécaniciens d'usine est réglée « au petits oignons » , toute l'équipe Gilera est enthousiaste au bon coup qu'ils préparent, au départ des essais chronos, les mécanos joyeux poussent l'attelage sous le regard bienveillant du comte Gilera sur la piste pour la séance d'essais. Les deux frères décrochent la première position sur la ligne de départ avec une moyenne de 155,405Km/h de moyenne.
On compte pas moins de 9 équipages BMW au départ. Noll-Cron sur un attelage totalement caréné, carénage avant pour Faust-Remmert et Schneider-Strauss, Hillebrand -X quand à lui pilotera un attelage dépourvu de tout artifice aérodynamique tout comme Murit-Flahaut.
Aux essais un ovni impressionne les concurrents, il s'agit de l'équipage des frères Milani, Albino et Rossano au guidon d'un attelage entièrement caréné à l'image de la BMW de Noll-Cron mais animé par un surpuissant Gilera 4 cylindres. Les deux frères signent le meilleur temps aux essais. Le coup de guidon est précis, ils jouent dans leur bac à sable, le moteur déborde de chevaux, ils jouent devant leur public, carré d'as assuré.
Au départ la belle mécanique italienne refuse de démarrer, pire, enfermé dans sa carène, c'est son passager seul qui pousse l'attelage contrairement à la majorité des concurrents !
Schneider-Strauss, Noll-Cron, Faust-Remmer se sétachent nettement, le Gilera est 5e bien détaché du trio de tête. Mais, mus par un moteur qui pousse, une rage décuplée, les frères Milani, s'ils gagnent à Monza, apporterons la touche finale à un grand prix historique, toutes les épreuves seraient remportées par des mécaniques italienne. Les 120 000 spectateurs enthousiastes, enflamment l'arène, encouragent les deux frères.
Milani saute facilement tous les sides devant lui, et lorsqu'il double Noll-Cron, ils les déposent au sens propre du terme, tournant à 152km/h de moyenne, leur avance croit tour après tour l'écart ce creuse avec 30 seconde d'avance sur les BMW, pourtant les trois équipages allemands ne chôment pas. A ce rythme, Faust-Remmert cassent leur machine et abandonnent, Noll-Cron et Schneider-Strauss, séparés d'un mètre seulement, bien isolés des autres poursuivants ne peuvent rien contre les italiens. Derrière c'est la foire d'empoigne entre Hillebrand-X, Camathias-X, Sieber-X, Murit-Flahaut tous sur BMW et Drion-Stolle sur leur Norton.
Au quinzième tour le side-car Gilera stoppe sur le circuit, impossible de repartir, c'est l'abandon. La bataille entre Noll-Cron et Schneider-Strauss continue et le side-car totalement caréné de l'usine passent avec deux longueurs d'avance sur Schneider-Strauss, semi-usine ou privé aidé du département course -au choix-. Drion-Stolle dans un sursaut d'ardeur passe impeccablement toutes les autre machines propulsées par un flat, un mono anglais d'usine vaudrait mieux qu'un moteur bavarois client ?
Camathias-Büla à 5 secondes achève ce Grand-Prix au pied du podium, suivi dans la même seconde de Murit-Flahaut qui engrangent un précieux point.


Consolation pour les frères Milani, le record du tour à 156km/h.


Gilera, fidèle à la tradition évoquera un phénomène d'auto allumage dû à la surchauffe du bouilleur, en d'autres cas c'est la magnéto, les bougies, les carbus mais jamais au grand jamais, le moteur est défaillant, même lorsqu'une flaque d'huile s'élatgit sous le moteur ; c'est la magnéto «è il magneto, porca madonne »




BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_610
BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_611


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_612
-quelques images de la Gilera 4 attelée,
admirez l'aérodynamisme-
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Lun 27 Avr 2020 - 20:13

AUTRES CHAMPIONNATS


Je reprends le catalogue moto de la firme munichoise pour lister les titres nationaux à travers le monde : « une nouvelle année réussie pour BMW »


catégorie Solo :
Champion D'Allemagne
Champion d'Autriche


catégorie side-car :
Champion d'Allemagne
Champion de France


On va essayer de détailler.



Allemagne.

Champion d'Allemagne des 500 : Walter Zeller.
Champion d'Allemagne des side-cars : Faust-Remmert


Dieburg : Circuit International de Dieburg. Ouverture du Chapionnat d’Allemagne.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_d10


500cm3 :
1er Riedelbauch D BMW les 150Km en 1h10'14''9/10 moyenne 128,200Km/h
2e Forrest AUS BMW.
3e Goffin B Norton.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_r10
-Riedelbauch-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_j10
-Forest paddock,
je ne sais pas si cette photo est de Dieburg,
mais Forest sur cette photo c'est vraiment le Continental Circus-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_w10
-Zeller ralliant la ligne de départ-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_d10
-Le départ :
N°1 Riedelbauch, 21 Zeller, 13 Forrest-
Photos disponibles sans les filigranes chez BMW Archives 


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_z10
-la photo est floue, mais c'est bien le style de Zeller-


Side-car :
1er Noll-Cron D BMW les 100km en 49'45''6/10 moyenne 126,600Km/h (2km/h de moins que les solo, chapeau messieurs)
2e Faust-Remmert D BMW.
3e Schneider-Strauss D BMW.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_d11
-Cron-Noll-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_110
-Cron Noll, première course, première victoire de la saison au championnat allemand-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_d12
-Dieburg, première épreuve du championnat allemand, 
trois sides-car BMW et trois visuels des machines de cette année 1955 : 
N°43 Cron-Noll, carénage intégral avant,
N°34 Schneider- Strauss, le carénage usine 1954, 
N° 53 Faust-Remmer machine nue-


A suivre...  coucou
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  Lothar le Lun 27 Avr 2020 - 21:15

No. 12 solo

Bonsoir, François et tout,

je vais bien. Je vous remercie. Je vous souhaite aussi!?!

Le pilote solo avec le numéro de départ 12 est probablement Karl Kronmueller de Mannheim, 1929-2012.
Feldberg ou Hockenheim 1954.

A bientôt!

Lothar


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Mar 28 Avr 2020 - 15:41

Hallo Lothar, danke für diese Information, ich werde sie auf dem Foto angeben.
Ich habe Karl Kronmüller in Ihrem Buch auf den Seiten 110 und 111, Verkauf und Kauf von RS-Motoren oder kompletten Kupplungen nicht gefunden.


Ich stelle einen kleinen Fehler in dieser Liste von Transaktionen fest:
"1966, Lambert Kauft Gespann von Duhem".
Im Jahr 1966 schrieb Claude Lambert, dass er einen Beiwagen gebaut und einen R69S-Motor eingebaut habe, der durch den Einbau eines Kit Kayser "Puschrod-Motors" auf 5500 ccm abgesenkt wurde.
1972, in seiner Ausgabe 2102, diente Moto Revue, Christian Bourgeois Pilot und Journalist als Passagier für Joseph Duhemn für einen Pressetest, der Motor ist in der Tat ein BMW RS.
Wenn er den Wettbewerb beendet, wird Joseph seine Seite an Claude verkaufen, der ihn für Demonstrationen und Ausstellungen einsetzt.
Wie viele bewunderte ich diese Maschine auf Rennstrecken oder in Claude Lambers Werkstatt in Tulette.
Ich habe es anscheinend vor einigen Jahren im Spa-Francorchamps-Fahrerlager zum Verkauf angeboten.


Pour tous ceux qui dormaient pendant les cours d'allemand :
Hello Lothar, merci de cette information, je vais l'indiquer sur la photo.
Je n'ai pas trouvé Karl Kronmueller dans ton livre aux pages 110 et 111, les ventes et achats RS moteur ou attelages complet.
Je note une petite erreur dans cette liste de transactions :
« 1966, Lambert Kauft Gespann von Duhem ».
En 1966, Claude Lambert écrit qu'il c'est construit un side-car et qu'il y a installé un moteur R69S ramené à 500cc par l'implantation d'un Kit Kayser « Puschrod engine ».
En 1972, dans son numéro 2102, Moto Revue, Christian Bourgeois pilote et journaliste sert de passager à Joseph Duhem pour un essais presse, le moteur est bien un BMW RS.
BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Duhem_10

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Duhem_11

C'est lorsqu'il arrête la compétition, Que Joseph vendra son side à Claude, ce dernier l'utilisant dans des manifestations et exhibitions.
Comme beaucoup, j'ai admiré cette machine sur des circuits ou dans l'atelier de Claude Lamber à Tulette.
BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Side_c10

Il me semble l'avoir reconnu à vendre dans le paddock de Spa-Francorchamps il y a quelques années.
BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Rs-sid10
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Mar 28 Avr 2020 - 16:29

Hockenheim.
1er Noll-Cron D BMW 35'44''5/10 moyenne 162,800.
2e Oliver-Bliss GB Norton.
3e Faust-Remmert D BMW.
Ce sera une des dernières apparition d'Oliver-X en compétition.


Pour les 500 solo, J'ai comme info une 4e place pour W. Zeller.


Pas de photos exploitables,  faché




Eilfelrennen.


Rien, nada, nicht  saispas


Schotten.
Side Faust-Remmer


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_111
BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_210
-Faust-Remmer 1er-


Solitude ; motos de 500cm3 Walter Zeller bat le record du tout à 145km/h
side-car 1er Faust-Remmert 2e Noll-Cron.
Pas d'images whoualou  je pleure
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Mar 28 Avr 2020 - 17:38

France.

Circuit de Pau : 10 avril circuit international de vitesse motocycliste dans les rues de Pau.

Side-car :
1er Faust-Remmert D BMW 25 tours -69,325Km en 49'08''5/10 moyenne 84,520Km/h -au lieu de 50-
2e Drion-Stolle F/D Norton.
3e Murit-Flahaut.
4e Koch-Wirth D BMW.
5e Benz-Küchler CH Norton.
6e Strub-Lambert CH Norton.
7e Hillebrand-Grünwald D BMW.
Record du tour Murit-Flahaut à 86,909kmh -au lieu de 50-.
Abandons -Haldemann BMW, Betemps, Smith-Dibben Norton.

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 146-2_10
-quel sont ces personnes ?
contactez l'émission perdu de vue, si vous savez-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_p10
-Faust-Remmer vainqueurs-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_p11
-Drion-Stoll devant Smith-Dibben-



Course de côte Lapize : Murit-Flahaut 1er catergorie 500, 2e catergorie 750.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_l10
Lapize 1955, victoire et records pour la paire Murit-Flahaut en 32 secondes 2/10-


Circuit International de Bordeaux :
Deux épreuves au programme de ce grand Prix, une course 125 et 175cm3 et une course de side-car. Circuit de ville sur le parcours Quai-Quinconces d'une longueur de 2,457km.
Side-car 30 tours = 73,734km.
Partent en pole Hillebrand-Grünwald, second Murit-Flahaut, troisième Drion-Stolle.
12 partants
1er Hillebrand-Grünwald D BMW 49'10'' moyenne 90,256km/h.
2e Murit-Flahaut F BMW 50'51''6/10.
3e Smith-Dibben GB Norton 49'20''1/10 à 1 tour.
4e Drion-Stolle F/D Norton 49'21''9/10 à 1 tour.
5e Koch-Wirth D BMW 49'44''4/10 à 1 tour.
6e Betemps-X F Norton 50'19'' à 3 tours.
7e Riechlin-X CH Norton à 4 tours.
8e Schmidt-X D Norton à 11 tours.
Record du tout Hillebrand-Grünwald au 13e tour 1'36''4/10 moyenne 91,785km/h.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 148-510
-course de Bordeaux, le départ des sides-car-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 148-3_10
-Hillebrand-Grünwald, à l'attaque-

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 148-4_10
-Hillebrand au guidon Murit sur le tand-side, Flahaut dans le panier-


Circuit de Bourg-En-Bresse 1er Mai.
25 tours, 77,5km.
1er Murit-Flahaut F BMW, en 45'5''1/10 moyenne 103,140km/h.
2e Bétemps-Drivet F4 5'33''2/10.
3eCamathias-Büla 46'39''2/10.
4e Duhem-Burtin 46'56''2/10.
5e Riechlin-Duperrier à 2 tours.
6e Rogliardo-Godillot F Norton.
7e Marcelin-X Norton.
8e Beauvais-Coudert F Norton.
9e Halldemann-Weiss CH Norton
10e Aubert-Lambert CH Norton (après avoir perdu leur mégaphone).


Circuit de Rochefort,
Epreuve courrue en deux manches.
Première manche.
1er Haldemann-Weiss CH Norton 21'37''4/10.
2e Murit-Flahaut F BMW.
3e Drion-Stolle F/D Norton.
Seconde manche.
1er Drion-Stolle F/D 22'32''2/10.
2e Murit-Flahaut F BMW.
3e Haldemann-Weiss CH Norton.


Circuit de Muhouse.
side-car
1er Deronne-Leys B BMW 46'7''
2e Mitchell-X AUS Norton 46'15''.
3e Drion-Stolle F/D Norton 46'22''
4e Schmidt Norton à 1 tour
5e Beauvais-Coudert F Norton.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_m10
-Murit-Flahaut derrière Deronne-Leys
Notez l'état de la piste-


Circuit international de Clermont Ferrand 22 Mai.
L'auvergne et la moto, c'est une longue histoire. Le circuit de Clermont Ferrand en 1955 c'est encore un circuit de ville, Charade prendra la relève un peu plus tard.
Ces course sont folkloriques à bien des égards,
Pour les sides c'est deux séries et une finale, du spectacle assuré pour les spectateurs.
Du côté organisation c'est pareil : Luigi Taveri qui courait la veille de l'épreuve se pose à l'aérodrome d'Aulnat, et c'est sur la selle arrière de la moto de Marcel Cornet -une 1000 Vincent- que le pilote suisse gagnera la ligne de départ la course étant reculée pour qu'il puisse s'équiper !
Première série
1er Schneider-X D BMW 18'33'3/10.
2e Drion-Stolle F/D Norton 18'39''6/10.
3e Aubert-Lambert CH Norton.
4e Duhem-Burtin F
5e Verd-X ? ?.
6e Ramade-X ? ?.
Deuxième série
1er Strub-X CH Norton 18'48''4/10. meilleur tour 1'11 » moyenne 86,190km/h
2e Koch-WirthD BMW
3e Haldemann-Weiss CH Norton
4e Rogliardo-Godillot Norton
5e Martelin-X ? ?
abandons de Léchelon-X et Thiailler.
Finale
Schneider-X BMW 29'58''8/10 moyenne 85,048km/h meilleur tour 1'10''4/10 moyenne 86,930km/h.
2e Strub-X CH Norton 31'1''4/10.
3e Drion-Stolle CH Norton à 1 tour.
4e Aubert-Lambert. CH Norton.
5e Rogliardo-Godillot F Norton.
Fait de course Koch-Wirth se sortent au premier virage c'est ballot de terminer dans la paille.
Claude Lambert et Edgar Strub se séparent après Mettet d'un commun accord et Claude Lambert sera le passager de Ferdinand Aubert toujours sur Norton pour le reste de la saison.


Circuit International de Moulins.
C'est sur un circuit tout nouveau de 2800m et un plateau de champions internationaux, pour reprendre les journalistes.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_m11
-Murit-Flahaut-


la supériorité de l'équipage Murit-Flahaut, bien secondé par leu attelage BMW RS forment un ensemble bien difficile à battre actuellement. Ce sont ces lignes qui illustrent le succès de Jean Murit et de Francis Flahaut, succès qui ferons qu'ils seront Champion de France cette année.
1er Murit-Flahaut 40'52'' moyenne 82,218km/h.
2e Claisse-X ? Norton.
3e Benz-Küchler.
4e Verd-X. ? ?
5e Rogliardo-Godillot F Norton.
6e Léchelon-X ? ?.
7e Prati-X ? ?.


Course de côte de Varayons.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_112
-Murit-Flahaut vainqueurs-


winner winner Champion de France side-car : Jean Murit- Francis Flahaut. winner winner


Dernière édition par ffrd le Mar 20 Oct 2020 - 6:59, édité 2 fois (Raison : correction orthographique)
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  jacques le Mar 28 Avr 2020 - 18:46

Le même Jean Murit que l'on voit quelques brefs instants dans la vidéo d'Arlette et sa CB 450 :

https://bienvenueauflatistan.motards.net/t46498-arlette-et-sa-450-cb?highlight=arlette

Un grand monsieur de la moto et de la renaissance motocycliste en France.
jacques
jacques


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Mar 28 Avr 2020 - 19:17

RECORDS

Lorsqu'en mai 1954 BMW interrompit ses tentatives de records de vitesse solo après la 9e heure, la firme invoqua une fuite du réservoir d'essence. Les 11 et 12 mars 1955 toujours à Monthléry, l'usine est de retour pour sa chasse aux records longue distance en catégorie side-car. Cette année, la firme abandonne le grand carénage intégral avec dérive utilisé pour les courtes distances mais reviens avec une machine reprenant le carénage de la solo de mai 54 auquel on à adjoint une troisième roue.
D'emblée le responsable communication invoque un problème de température élevée en mai 54 ayant endommagé le moteur -fini la fuite du réservoir- et justifie ce retour en mars 55 afin de bénéficier d'une température ambiante plus fraîche, facteur important pour le moteur, la carburation et les pneus lorsque l'on chasse les records.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_m10
-en Mars, ça caille sévère sur le plateau de St Eutrope-
(image à acheter sur le site BMW archives)


BMW débarque sur le plateau de Monthléry, accompagné d'un camion Metzeller et d'un autre aux couleurs de Bosch, environ vingt personnes. Ils voulaient de la fraîcheur ? Et bien cette année là c'est pas Paris au mois de Mai, ce serait plutôt la campagne de Russie version « Napoléon " souris , pour mieux se faire une idée il suffit de regarder le film « le curé Pierre ». Tandis que les techniciens s'affairent sur la machine, le reste de l'équipe s'emplois à débarrasser la piste des plaques de neige et de verglas, pelles et balais en mains !


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 144-4_10
-le side-car sur l'anneau-

Pour les records de longues distances, la tenue mécanique de l'ensemble est primordiale, la recherche de la puissance maximum n'est pas l'objectif, il faut tenir 24 heures. Comme pour les précédents records, le moteur cube toujours 500cm3, il fonctionne cette fois à l'essence « du commerce » moins comprimé que les moteurs utilisés sur les courtes distances -1 heure- fonctionnant aux mélanges exotiques. L'alimentation se fait classiquement par carburateurs « exit » le système carbu combiné à une injection.

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 145-1b10
-la dynamo migre du nez de vilebrequin au boîtier de distribution haute
 -en vis à vis de la magnéto- 
faut-t-il chercher là la panne de 1954 ?-

La consommation moyenne sur les 24 heures s'établira à 12 litres aux 100Km.
BMW a sensiblement modifié le système d'alimentation des phares la dynamo se déplace du bout du vilebrequin au boîtier de renvois d'arbres de distribution en visà vis de la magnéto , l'ensemble se superposant aux cylindres. Une batterie placée du côté droit de la machine. La journée, capot de carénage sur les phares en place, la dynamo était débranchée et la batterie démontée, pas de « telma » et moins de poids à trimbaler.
Prudents, les techniciens changeait de batterie toutes les heures lors des relais ravitaillement-changement de pilote. Les bougies des NGK (non j'déconne), des Bosch 310T8 sont présentées comme ayant tenu le coup 24h, belle publicité.

Peu de précisions sur le cadre ; modèle 53 ? version 54 ? je n'ai pas de photo précise pour le définir et comme je n'ai pas mis le nez sur la machine, le doute subsiste. La partie cycle est classiquement un double berceau haubané, le lest est maintenant bien profilé et forme la plancher du side, une aile maintenant. 


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 145-2_10
-le panier du side-car, réduit à sa plus simple expression-


Les roues sont de 19'' de diamètre, les pneus tout à fait spéciaux sont de 3,50 à l'arrière et de 3,25 à l'avant et sur le side, ce ne sont plus des pneus mais des lames à comparé des standards actuels, Ces pneumatiques sont spécialement réalisés par Metzeller pour cette tentative de record. 


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 145-2_11
-les pneus Metzeller, spécialement développés pour le record-


L'éclairage enfin ; la machine est complètement myope et c'est voulu ! Tandis qu'un phare éclaire juste devant la roue, l'autre illumine la nuit, loin devant, pour effrayer les petits lapins nombreux dans l'ovale ! Devaient devenir cardiaques les counis pris dans cette Flak de candela !


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_113
-les phares sont bien visibles sur cette image que vous pouvez acheter chez BMW archive-
(et pas chez votre concessionnaire- 
Le départ de la tentative du record se donne vendredi matin sous un ciel dégagé mais par un froid glacial doublé de rafales de vent d'un peu moins de 40Km/h. Noll parti pour le premier relais subissait les assauts du vent et souffrait du froid. Descendant de la moto il se plaint des écarts provoqués par le vent et qui l'écartent de la trajectoire idéale. Les mains tétanisées par le froid lui demandent un effort supplémentaire pour bien sentir la « machine ». Hillebrand puis Schneider se relayent aux manettes et il est temps pour Noll d’entamer la quatrième heure de la tentative. La machine, mécaniquement parlant tourne impeccablement bien malgré des embardées. Sur la fin de son relais, alors que les équipes se préparent au ravitaillement et au changement de pilote, le bruit du moteur se tait. Instantanément l'équipe se fige dans un silence que seul le bruit du vent viens troubler. Le soulagement s'exprime lorsque la moto rentre au stand en roue libre, moteur coupé. Noll explique qu'après avoir entendu en bruit alarmant il à débrayé et stoppé le moteur. Fin de la tentative. Les mécaniciens rentrent la machine au box et bien vite le verdict tombe : vilebrequin cassé. Les mécaniciens cha,gent le moteur , la tentative reprendra demain samedi. Noll demande à un journaliste parisien s'il pouvait lui procurer une paire de poignées chauffantes, vu de Munich, Paris en mars, on parade sous l'ombrage des arbres !
Ces poignées changèrent la vie de Noll et Hillebrand mais complique la vie de Schneider, doté de petites menottes.

Samedi matin à 07h00, la ronde reprend depuis le début ; un record du monde de 24h cela ne se saucissonne pas, pourtant 12 records sont dans l'escarcelle de BMW, il faut tout reprendre à zéro. Pendant que j'écris ces lignes:-) je vois la moto tourner, tourner et encore, sur cet anneau en béton, aux tours, s'ajoutent les relais, la montre tourne et les heures s'écoulent et rien. Enfin rien d'alarmant, à chaque heure le side-car rentre au stand. Essence, contrôle de la température et l'usure des pneus, un regard sur les bougies, un ajout d'huile dans le carter moteur sans prendre le niveau -ces calculs sont déjà validés- et la machine repart « plein badin ». Tout ça en une minute. Ils est bon d'avoir une pensée aux sièges de soupape, de leur tenue dans la culasse, pensez-y : Moteur à pleine charge, la moto sort du sort du banking Est et le pilote débraye, coupe le contact, du pied gauche il tricote, le sélecteur et du pied gauche il actionne la commande des freins hydrauliques couplés avants et arrière pour stopper devant le box. Une minute plus tard, relestée de ses 19Kg d'essence « du commerce » à haut indice d'octane, le pilote embraye son moteur et sous la poussée de deux bûcherons bavarois, le moteur rugit, les rapports s’égrènent, la vitesse augmente et c'est parti pour une heure.
Alors les sièges ça tiens ?


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 145-2_12
-un ravitaillement-
-l'homme nu tête à l'extrême droite
les mains dans les poches c'est le pompier français-
(ach ! ou est la ditzipline ?)


Il est bon de préciser que les ingénieurs du service course on établis un tableau de marche sévère, à l'image du big boss du Rennservice und Hochleistungsabteilung ; Herr Docktor, le Baron Alexander von Falkenhausen im-self (surnomé « Soeur sourire » par Paulo les bretelles le gardien du temple de la vitesse). 

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Alex10
-Herr Doktor, vous le voyez ?-




Il est programmé de devoir rouler à 80% de la puissance maximum du moteur, 7000tr/mn et de terminer les dernières boucles voll-gass. Joueurs les bavarois, non ? Ce qui fut fait par Noll à plus 8250tr/mn afin de démontrer chronos officiels sur l'enregistreur que le moteur pétait... de santé

Au total c'est 57 records longues distance battus, 45 +12 Chapeau bas.

La cylindrée du moteur est de 500cm3 et compte également pour les catégories 750 et 1200cm3.
La tentative du vendredi 11 est stoppée par une rupture d'embiellage, mais 12 records étaient homologués.
Le samedi 12 la machine reprends le chemin de l'anneau et pulvérise 45 records :
cinq heure à 156,55km/h = 782,765km, six heures 156,10km/h = 936,386km, sept heures 154,94km/h = 1084,604km, huit heures 154,24km/h = 1233,913km, neuf heures 153,50km/h = 1381,468km, dix heures 152,35km/h = 1523,463, onze heures 151,57km/h = 1667,257, douze heures = 1805,78 150,48km/h et vingt-quatre heures 144,33km/h = 3463,826km.

500 miles 5h8'12''2/100 à156,65km/h, 1000 miles 10h36'24''20/100 à 151,73km/h, 2000 miles 22h15'0''29/100 à 20h38'44''23/100
1000km 6h26'52''80/100 à 155km/h, 2000km 13h23'41''9/100 à 145,31km/h, 3000km 20h38'23/100 à 145,31km/h.


Helmut Werner Bönsch, bien introduit au sein de la firme BMW et du département compétition était un observateur respecté. Invité par l'usine à assister au démontage du moteur par le département course, il est autorisé à publier cette expérience peu habituelle dans le petit monde des sports mécanique.
Cet article technique sur le moteur de la BMW RS ayant battu 57 records de vitesse longues distances fut largement dans la presse motocycliste. La publicité qui rejaillit d'une victoire serait un effet induit pour toute personne travaillant dans un service course d'un constructeur. Pour le technicien, c'est l'occasion rêvée de d'optimiser, développer, concevoir et tester de nombreuses solutions techniques et valider des choix qui, transposés sur les machines compétition client, assureront au travers des continents et des pays , par le biai des épreuves sportives une image à la fois sportive et garantissant par ricochet un gage de vélocité et de robustesse de la moto. Ces choix techniques vont êtres repris, dans l'esprit, la forme ou le design pour êtres déclinées sur la machine que tout un chacun peut acquérir en concession. Tous ces investissements, ces implications sportives induisent naturellement une bonne publicité.
Bönsch en fait la démonstration du formidable banc d'essais qu'est la compétition. BMW à équipé sa moto des records d'un cylindre d'alliage léger chemisé et de l'autre un cylindre chromé dur. Cette curieuse façon de procéder permet aux techniciens de comparer l'usure des deux pièces. Idem pour les segments de deux fournisseur concurrents : Nova et Goetz.
Le rapport de compression est d'une valeur peu habituelle à l'époque 10 à 1, alors que le sportive de route contemporaine -la R69- comprimait elle a 8 à 1. il faut attendre 5 années pour que le rapport de compression grimpe à 9,5 à 1. Ceci ajouté à d'autre modifications augmente la puissance de la R69S de 7 chevaux passant de 35 à 42. Mieux encore entre la R50 (1955) et la R50S (1960) l'augmentation de la puissance passe de 22 à 35 chevaux, soit 45% d'augmentation. Idem pour le régime moteur qui passe de 5800 à 7650 tr/mn +32% de régime moteur. Régime le plus élevé des flats de route à roulements.
Après 24 heures à pleine charge, les ressorts de soupapes étaient avachis de 7% pour l'admission et 14% à l'échappement.
Enfin la consommation de carburant ressort de 9 à 10 litres, (12 litres relevé lors de la tentative par les journalistes),
Cet article est illustré de plusieurs photos, en voici un échantillon :


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 150-2_10
-magnéto à gauche, dynamo à droite sur cette image, vue de face-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 150-2_11
-c'est une alimentation à carburateurs,
la prise du compte tours passe du pignon relais 
au nez du vilebrequin, comme sur les moteurs injectés-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 150-2_12
-le piston pointu et son axe, 4 segments à l'appel-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 150-2_13
-ressorts et soupapes, notez le diamètre de la queue de celle d'échappement-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 150-3_10
-le boîtier des basculeurs, les patins de touche sont biens visibles-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 150-3_11
-une masse de vilebrequin (démontable) et sa bielle, 
ce n'est pas gros tout de même-
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  Lothar le Mar 28 Avr 2020 - 19:54

Bonsoir, François et tout, 

dans mon livre à la page 110 en haut de la deuxième ligne, il est dit que Riedelbauch avait déjà acheté la moto Kronmueller en 1954. Kronmueller n'a donc fait que quelques courses avec cette moto. La liste des ventes contient certainement des erreurs car j'ai souvent trouvé des informations contradictoires ou inexactes. Je vous remercie donc pour toute information. 

La moto Duhem est très proche de vous. 

L'homme à côté de Falkenhausen dans votre message d'aujourd'hui est Paul Rosche. Avec ses développements pour les moteurs, Rosche a assuré de nombreux succès aux voitures de course BMW.

A bientot

Lothar

Lothar


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  Lothar le Mar 28 Avr 2020 - 20:09

Pau 1955, n ° 78

Etes-vous sûr que ce sont Hillebrand-Grunwald? Avec un side-car à gauche?! Peut-être. 
Cela expliquerait au moins pourquoi ils n'ont terminé que septièmes.

Lothar


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Mer 29 Avr 2020 - 17:28

Hallo Lothar,  coucou
eine deutsche Side-car, Fabrik zusätzlich zur linken ... Ich hätte darüber nachdenken sollen, vor allem, dass beim Bodeaux-Rennen sein Beiwagen rechts ist. Dem Journalisten zufolge gibt es in Pau vier BMW side-car :
BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 146-2_11
Faust-Remmer, side-car rechts.
Jean Murit und Françis Flahaut side-car link.
Koch und X Ich habe keine Informationen zu diesem pilote.
Hillebrand Grünwald side-car recht.
Murit auf der linken side-car und es ist weder sein Helm noch der von Flahaut.
Faust-Remmer side-car rechts
Ich weiss nicht  saispas saispas


tradaptation : Google françois.  confus

Hello Lothar,
un side allemand, usine en plus à gauche... j'aurais dû y penser, surtout qu'a la course de Bodeaux son side-car est à droite.
Alors d'après le journaliste il y a avait quatre side-car BMW à Pau :
Faust-Remmer, side à droite.
Jean Murit et Françis Flahaut.
Koch et X je n'ai aucune information sur ce pilote.
Hillebrand Grünwald side à gauche.
Murit side à gauche et c'est pas son casque ni celui de Flahaut.
Faust-Remmer side à droite
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Jeu 30 Avr 2020 - 19:19

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1_cron10
-la machine de W Noll côté side-car-


Octobre c'est traditionnellement l'automne qui s'installe, le quatre Octobre 1955, c'est l'usine BMW qui installe ses cellules de chronométrage, tout comme les chronométreurs officiels de la FIM, sur l'autoroute Munich Ingolstadt.  initialement le record était programmé au 27 Septembre, mais les conditions atmosphériques étaient déplorables. Point de contrôle de la vitesse des utilisateurs habituels de cette longue portion d'autobahn, d’ailleurs, l'accès aux véhicules y est interdit, enfin pas à tous, un curieux véhicule gris, intégralement caréné tel un sous-marin, ceint d'une large bande noire, un énorme écusson BMW ornait le nez du carénage.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 2_cron10
-l'attente-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 4_cron10
-Bon anniversaire à Monsieur Getty, 25 ans le bel age-


Encore un record ? Oui, mais après la moisson des records longues distances solo et side-car, l'usine viens y chercher les records de vitesse « départ lancé » sur 1Km, 1 mile, 5km, 5 miles et 1km, 1 mile, départ arrêté.
De quoi détenir -dans la catégorie side-car l'ensemble de tous les records de 1heure à vingt-quatre heures, en plus du record absolu vitesse lancée sur 1km*.


Zeller et une machine solo devra se contenter des records des 10km et 10 miles départ arrêté.

Précision importante ; la Fédération Américaine de motocyclisme n'est pas reconnue dans les années 50, ils préfèrent jouer ensembles sans les autres.

Grosso modo, la machine est la même que celle utilisée à Monthléry en 1954 mais avec un carénage affiné, amélioré dans les moindres détails et munis d'une dérive de queue.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 8_cron10
-la machine nue-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 9_cron10
-la machine des records équipée de ses carénages-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 10_cro10
-le Monsieur à côté de la moto exposée au musée de Munich,
donne l'échelle, entrera, entrera-pas ?-

Oubliée la baignoire découvrant les épaules et le casque de Noll. Un capot équipe la machine abritant le pilote des remous mais surtout, cette forme aérodynamique, quasi parfaite augmente le coefficient de pénétration dans l'air.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 11_cro10
-Noll à pleine vitesse-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 13_cro10
-notez dans les larges entrées d'air de refroidissement du moteur,
une écope achemine de l'air frais sur le visage du pilote
et accessoirement ventiler l'habitacle-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 14_cro10
le côté gauche de la machine
derrière le bossage du couvre culasse
notez le déflecteur de la pipe d'admission du carbu gauche-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 15_cro10
-sur cette photo,
le cornet du carburateur droit est bien visible dans son déflecteur-


Haute de 1,20m au sommet du capotage qui encapsule le pilote, la largeur atteint 60cm au niveau des couvres culasse, sa longueur est inhabituelle ; 3,50m,Inhabituelle, la dérive verticale, apporte une stabilité en ligne droite à haute vitesse.


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 16_coc10
le poste de pilotage -photo d'époque, les deux tuyaux
de ventilation d'apport d'air frais. La molette de
l'amortisseur de direction est identique aux RS54-
(photo disponible chez BMW archives)


L'usine communique un peu mieux sur ce moteur. Toujours le double système d'injection directement dans la culasse de l'alcool:-) et une paire de carburateurs qui classiquement alimente le moteur d'essence du commerce:-). La puissance annoncée est de 72 cv à 10 000 tr/mn en sortie de boite, pas mal pour un bicylindre 500cm3.
La boite de vitesse est à quatre rapports, le pont calculé pour tirer long après la phase d'accélération et atteindre le régime de pleine puissance.

Walter Zeller battra les records des 10 km et des 10 miles avec une vitesse respective de 233km/h et 242km/h. A noter une vitesse absolue de 254km/h non homologuée.

Side-car :
1km départ lancé : 280km/h
1 mile départ lancé : 280km/h
1 km départ arrêté : 139km/h
1 mile départ arrêté : 166km/h
5 km départ lancé : 271km/h
5 miles départ lancé : 276km/h

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 31_zel10
-le grand Walter Zeller à du mal à loger sa grande taille derrière
le saute vent du carénage-
Solo :
10km départ arrêté : 233km/h
10 miles départ arrêté : 242km/h


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 7_cron10
-la publicité outre-atlantique n'est pas négligée,
notez les deux importateurs, pour l'Est l'autre pour l'Ouest,
l'Amérique est un grand pays-



BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_413
-Quand le Figaro parlait moto !-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_414
-Olé !
Sur cette photo Noll rentre au garage-


De nos jours le side-car de W. Noll est exposé au musée de Munich et parfois même dans des expositions internationales.
Restauré impeccablement par les ateliers du Mobile Tradition, des détails diffèrent, un peu anachroniques :

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 18_coc10
-la molette d'amortisseur de direction est remplacée par une poignée papillon d'un frein de direction-

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 17_coc10
Les deux carburateurs dépourvus de leurs longs 
pavillon d'entrée d'air font un peu perdus-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 3365110
-De nos jours dans un pince-fesses classieux-
au dessus du "M" de BMW, juste sous le pare brise,
le petit tube sert à pressuriser le réservoir d'essence-
sur la photo "Les deux carburateurs dépourvus..."
le tube raccord est bien visible mais pas la durite, alors que
sur la "photo du poste de pilotage -photo d'époque..." la durite est bien visible
appuyée sur le demi guidon droit sous le té supérieure de fourche-
Merci aux amis de twei ventiler.de


Dernière édition par ffrd le Ven 1 Mai 2020 - 8:07, édité 1 fois (Raison : corrections)
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  jacques le Jeu 30 Avr 2020 - 22:19

ffrd a écrit:



BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 11_cro10
-Cron à pleine vitesse-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 7_cron10
-la publicité outre-atlantique n'est pas négligée,
notez les deux importateurs, pour l'Est l'autre pour l'Ouest,
l'Amérique est un grand pays-



BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_413
-Quand le Figaro parlait moto !-


BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_414
-Olé !
Sur cette photo Cron rentre au garage-


Il n'y aurait pas une petite erreur de légende ?
Tu mentionnes Cron sur cette photo alors que c'était le passager de Wilhelm Noll ordinairement, non ?
Et c'est bien le même W. Noll qui est crédité des records dans le compte-rendu et la publicité.
jacques
jacques


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Ven 1 Mai 2020 - 8:03

Salut Jacques,  coucou
la fatigue, la fixation aux détails qui fait oublier d'élargir la focale ?  saispas
Je sais pas, c'est un travail de fourmi, fouiller l'histoire en se tenant au faits établis, c'est pas fastoche et c'est vieux de 65 ans !
Alors quand à écrire un livre savant sur le pharaon phimosis !!!

Enfin, c'est un travail de re-lecture, merci de ton aide  clin

Bien entendu c'est Wilhelm Noll aux manettes.

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_o10
C'est lui Noll avec la casquette, Zeller casqué et G. Meier "chapeauté"
clin
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Ven 1 Mai 2020 - 8:37

Post Scriptum :

Sur cette photo du côté gauche, les "ouïes " d'admission et d'échappement sont mieux détaillées
BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 2008-s10
Les mégaphones s'alignent sur l'axe de la roue arrière.

En 1956, le catalogue des modèles en vente, offre six pages publicitaire aux exploits des motos BMW sur les pistes d'asphalte l'année précédente.
BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_c14

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_c15

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_c16

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_c17
-Cocorico !!! fort logiquement, Murit et Flahaut, Champions de France on droit au tableau d'honneur-

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_c18
BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 1955_c19
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  Lothar le Dim 5 Juil 2020 - 9:34

Bonjour, 

voici un article sur BMW RS solo en Championnat du Monde. J'espère que vous pourrez le lire. 

S'amuser.


http://www.classic-motorrad.de/v35/index.php/moto-gl-kaleidoskop/938-2020-bmw-in-der-solo-wm-der-fuenfziger-jahre

Lothar


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Lun 6 Juil 2020 - 6:36

Hello Lothar  coucou

Vielen dank für dieses interessanten artikels.
Ich würde die chronomogische geschichte des RS54 angfang Oktober umleiten.
Schöne ferien für sie.

frd
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  Lothar le Lun 6 Juil 2020 - 21:47

Bon soir Francois,

oui, volontiers, pas de problème.

A bientot

Lothar

Lothar


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  pascal69 le Ven 23 Oct 2020 - 0:30

.
Moto Revue du 13 mai 1950

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Mran500950
pascal69
pascal69


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  ffrd le Ven 23 Oct 2020 - 7:39

pascal69 a écrit:Moto Revue du 13 mai 1950
Salut Pascal  coucou
Sans vouloir te vexer, cette RS255 "Kompressor*" est hors sujet, même si elle illustre les règlement des courses de vitesse.
Ce feuilleton est destiné à la RS54 de 1954 à 1974 sous toutes ses déclinaisons de manière chronologique avec pour l'essentiel des documents d'époque.
Actuellement en convalo, je travaille au chapitre 16, l'année 1956.
Ecrire un tel roman en français sans reprendre les conneries des autres grattes papier qui s'y sont collés n'est pas chose facile.
Ajoute sur le Net, les énormités, -la dernière en date une photo de Fergus Anderson datée de 1958 -le pauvre est décédé en 1956- alors qu'il s'agit de Geof Ducke.
Je me fait reprendre par certains flatistanais d'une autre envergure que la mienne, sur certains détails -et je les remercie- Mais l'essentiel du boulot aussi c'est des heures de lecture/traduction pour couper et recouper les infos dans 10m3 de bouquins et de revues. 
J'ai reçu des documents exceptionnels que j'intègre au fur et a mesure du déroulé de cette histoire, c'est un travail titanesque, je t'assure.  clin  

*elle est d'ailleurs largement traitée par ailleurs
ffrd
ffrd


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  pascal69 le Ven 23 Oct 2020 - 12:13

.
désolé pour mon commentaire hors sujet.

si tu le souhaites je le supprime.
pascal69
pascal69


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  Lothar le Sam 24 Oct 2020 - 10:07

Salut,

J'apprécie vraiment le fait que beaucoup de gens participent à la documentation. Cela montre qu'il y a toujours un fort intérêt. Il est vrai, cependant, que de nombreuses erreurs se répètent. La moto suralimentée mérite sa propre documentation. François a fait de grands efforts. Il a joué un rôle particulier en France, ce qui n'est pas encore tout à fait clair pour moi. Nous pourrons en discuter plus tard à un autre moment. Veuillez continuer à envoyer vos informations et questions. Je vous remercie!

Lothar

Lothar


Revenir en haut Aller en bas

BMW RS54 : Une Histoire. - Page 7 Empty Re: BMW RS54 : Une Histoire.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum